SOIXANTE QUATORZE

Si le peuple n'a plus peur de la mort,
la menace de la mort n'aura plus d'effet.
Si le peuple craint la mort,
et si l'on met à mort ceux qui violent les lois,
qui oserait alors les transgresser ?
Le grand bourreau c'est la nature.
Elle exécute, elle punit.
Vouloi se substituer au bourreau,
c'est vouloir équarrir du bois
à la place du charpentier.
Mais celui qui veut équarrir du bois
à la place du charpentier
risque fort de s'entailler les mains.
Laisse la nature faire son travail,
car c'est elle le Grand Exécuteur.
 

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990