SOIXANTE-SEPT

Tout le monde dit que la voie est immense.
Et qu'elle ne peut être comparée à rien d'autre.
C'est précisément par son immensité
qu'elle est différente de tout ce que l'on connaît.
Si elle ne l'était pas,
depuis longtemps,
elle se serait dissipée.
Il y a trois trésors
que je garde en moi :
Le premier est l'amour.
Le second est la frugalité.
Le troisième l'humilité.
Par l'amour on peut devenir courageux.
Par l'économie naît la générosité.
Par l'humilité on peut atteindre le sommet.
Les hommes n'aiment plus
mais ils pprétendent être braves.
Ils ont perdu le goût de l'économie
mais ils se déclarent généreux.
Ils ont oublié l'humilité
et se bousculent
pour être les premiers.
C'est une pente qui conduit à la mort.
Si l'on combat par amour
l'on sort toujours vainqueur
et la ville qu'on défend
deviend inexpugnable.
Le ciel secourt l'homme qui aime
et le rend invulnérable.
Et lui fait un bouclier
de sa miséricorde

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990