SOIXANTE-DEUX

Le Tao est la source secrète
d'où proviennent tous les hommes.
Il est le trésor de l'homme bon,
le refuge de celui qui ne l'est pas.
De belles paroles
peuvent valoir la renommée,
des actions méritoires
attirer la considération.
Mais pourquoi rejeter
qui n'en est pas capable ?
Le jour où l'empereur est intronisé,
avec trois hauts dignitaires
qui seront ses ministres,
quelle est
la plus précieuse des offrandes ?
Les bijoux de jade
pour parer ses mains ?
Les quadriges de chevaux
pour magnifier ses cortèges ?
Ou le Tao que,
sans bouger,
le Sage lui tend ?
Pourquoi les anciens
tenaient-ils le Tao
en si grande estime ?
N'est-ce pas
parce qu'il apporte réponse
à celui qui cherche,
et rachat
à celui qui a failli ?
C'est pour cela
que le Tao
est tenu pour le plus grand trésor
qui soit au monde.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990