SOIXANTE ET UN

Un grand royaume
doit être comme un lieu de plaine
qui draine a lui toutes les eaux.
Un creuset pour l'univers.
Le grand principe féminin
qui régit le monde.
Par son immobilité
la femelle triomphe
toujours du mâle.
De sa passivité
elle tire sa puissance.
C'est pourquoi
un grand royaume s'attache
un plus petit pays
en le respectant.
De même,
un petit pays
reçoit la protection d'un grand pays
en s'inclinant devant lui.
Ainsi
l'un accueille l'autre
parce qu'il s'incline
et l'autre est accueilli
parce qu'il s'incline aussi.
Un grand royaume
cherche toujours
à affermir sa puissance
et souhaite rassembler de petits pays
sous sa protection.
Un petit pays
désire voir reconnaître sa valeur
et contribuer au bien commun
d'un grand empire.
Mais pour que chacun
trouve la place qui lui revient,
le grand pays
doit d'abord s'abaisser.
Comme un lieu de plaine
amène à lui
toutes les eaux.
Comme la femelle triomphe
toujours du mâle.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990