QUATORZE

Mes yeux s'écarquillent, et je ne le vois pas :
il s'appelle l'Invisible.
Mon ouïe est en alerte, et je ne l'entends pas :
il s'appelle l'Inaudible.
Mes mains se tendent et ne rencontrent rien :
il s'appelle l'Impalpable.
Trois aspects indéfinis qui font l'unité.
En haut
il n'est pas lumineux,
en bas
il n'est pas obscur.
Son éternité défie même le temps.
Il n'a pas de nom.
Il vient d'un monde où rien de sensible n'existe.
Car la lumière appelle l'obscurité
et l'obscurité existe par la lumière.
Le Tao est une forme sans forme,
une image sans image.
Il est l'Indéterminé.
Si l'on marche devant lui, on ne voit pas son principe.
Si l'on va derrière lui, il paraît sans fin.
En suivant l'antique voie, on maîtrise le présent.
Car le Tao est le fil qui guide l'homme à travers le temps.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990