ONZE

Les rayons de la roue
convergent au moyeu.
Ils convergent vers le vide.

Et c'est grâce à lui
que le char avance.

Un vase est fait d'argile
mais c'est son vide
qui le rend propre à sa tâche.

Une demeure est faite de murs
percés de portes
et de fenêtres,
mais c'est leur vide
qui la rend habitable.

Ainsi,
l'homme construit des objets,
mais c'est le vide
qui leur donne sens.

C'est ce qui manque
qui donne
la raison d'être.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990