QUATRE

Le Tao est le vide,
mais le vide
est inépuisable.
C'est un abîme vertigineux.
Insondable.
 
De lui
sont sortis
tous ceux qui vivent.
 
Eternellement,
il émousse ce qui est aigu,
dénoue le fil des existences,
fait jaillir la lumière.
Du rien, crée toute chose.
 
Sa pureté est indicible.
 
Il n'a pas de commencement.
Il est.
 
Nul ne l'a engendré.
Il était déjà là
quand naquit le maître du ciel.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990