DEUX

Le monde discerne la beauté,
et, par là
le laid se révèle.
 
Le monde reconnaît le bien
et, par là
le mal se révèle.
 
Car l'être et le non-être
s'engendrent sans fin.
Le difficile et le facile
s'accomplissent l'un par l'autre.
Le long et le court
se complètent.
Le haut et la bas
reposent l'un sur l'autre.
Le son et le silence
créent l'harmonie.
L'avant et l'après se suivent.
Le tout et le rien
ont le même visage.
 
C'est pourquoi
le Sage s'abstient de toute action.
 
Impassible,
il enseigne par son silence.
 
Les hommes,
autour de lui,
agissent.
 
Il ne leur refuse pas son aide.
 
Il crée sans s'approprier
et
oeuvre sans rien attendre.
 
Il ne s'attache pas
à ses oeuvres.
Et, par là,
il les rend éternelles.

   << PRECEDENT    { Tao Tô King }    SUIVANT >>   
nouvelle traduction de Conradin Von Lauer ---- Editions Jean de Bonnot 1990