Le petit guide de l'environnement sémantique 
 Accueil |  L'environnement sémantique? |  Blog |  A propos... 

 

Quelques Suggestions

Inspirée partiellement toujours du travail de Korzybski... mais enfin, vous faites ce que vous voulez ;-)

1) à La " réaction retardée " je m'entraînerai.
Je prendrai le temps, avant de réagir trop rapidement aux messages provenant de mon environnement sémantique, de laisser mon système nerveux supérieur établir les connexions avec les "recoins les plus lointains" de ma mémoire. Ceci me permettra de réagir en évitant de répéter des erreurs commises, et d'évaluer sur une base plus large ce qu'une réaction trop rapide m'aurait conduit à évaluer de façon trop simpliste.
2) Du processus d'abstraction je garderai conscience.
Notre fonctionnement semble fondé sur l'abstraction, c'est-à-dire la sélection naturelle inconsciente:
ce que je dis/écris n'est-pas-tout ce que je pense.
ce que je pense n'est-pas-tout ce dont je suis 'conscient'.
ce dont je suis 'conscient' n'est-pas-tout ce que je perçois,
ce que je perçois n'est n'est-pas-toute la 'réalité'
etc.
3) Du mécanisme de " l'identification " je garderai conscience.
Depuis notre plus jeune age, nous avons appris à nommer les choses. Le moindre brin d'herbe doit impérativement avoir une étiquette. Cette 'manie' s'avère bien utile dans la mesure ou l'échange entre individus est ainsi simplifié. quelques mots suffisent pour décrire une expérience ou un objet.
Le problème surgit lorsqu'on ne se rend plus compte de ce qu'il y a une différence entre ce que l'on DIT et ce qui EXISTE, lorsque l'on identifie un objet ou un événement avec le mot utilisé pour le décrire. Exemple. la phrase "Vous connaissez Mr TrucMuche. C'est vraiment un imbécile" identifie une personne à une qualité. TrucMuche/imdécile. Bien. Supposons que ce soit la seule chose que vous ayez entendu sur ce monsieur. Lorsque vous le rencontrerez, il est probable que vous aurez un a-priori plutôt négatif à son endroit. Excepté bien entendu si vous avez conscience de ce que "le mot n'est pas la chose"...
4) Ma responsabilité sémantique j'assumerai.
Ce que je dis m'influence et influence les autres. J'assumerai mes erreurs d'évaluation (sans cependant culpabiliser à l'excès: mon entraînement à la "réaction retardée" me permettra d'éviter le renouvellement de ces erreurs.) Si j'appartiens aux professions chargées de diffuser l'information, je tenterai d'éviter l'usage des méthodes de persuasion décrites ci-après.
5) Des méthodes de persuasion je garderai conscience.
Autant dans ce que j'émets que dans ce que je reçois, je garderai conscience des diverses méthodes de persuasion rhétorique qui contribuent à l'anesthésie de la réflexion critique.
6) à la réflexion critique je m'entraînerai
La réflexion critique n'est pas refus systématique, mais questionnement des messages après les avoir débarrassés de tout élément persuasif parasite, et en avoir extrait le 'fond' .
7) Etc.

Accueil  |   L'environnement sémantique?  |   Blog  |   A propos...  |   Haut de page
Ce travail est placé sous licence Creative Commons CC-BY-NC