Le petit guide de l'environnement sémantique 
 Accueil |  L'environnement sémantique? |  Blog |  A propos... 

 

Quelques techniques de persuasion


Avertissements
• Ce site a pour objectif l'information de chacun(e). Il s'agit de faire connaître ces techniques, si besoin, pour éviter de se faire avoir. Toutes ces techniques sont connues - plus ou moins consciemment - des manipulateurs. Il est donc indispensable de les vulgariser.

• Ces techniques peuvent être utilisées simultanément. Elles sont relativement arbitraires, et il ne faut pas les considérer de façon stricte. Elles ne sont pas triées par ordre d'importance, ordre d'ailleurs impossible à déterminer. La liste n'est pas non plus exhaustive.


• Vous pouvez suivre l'actualité de ce site sur le blog.
• Vous pouvez télécharger la version PDF de ce petit guide ICI !


Rapide introduction...
Le langage n'est pas le seul moyen d'influencer, comme tendent à faire croire parfois les sophismes, la rhétorique ou les biais cognitifs, qui sont des classifications différentes des techniques verbales présentées ci-dessous. Les techniques de manipulation ne sont pas seulement "langagières". Elles peuvent être transmises de diverses manières, éventuellement combinées, et de plus chaque mode de transmission comporte en lui-même des techniques manipulatoires spécifiques.
Par exemple, enlever (ou rajouter, ou modifier) un élément sur une photo montre cela: La technique elle-même est support de manipulation: La photo soviétique qui, justement, ne montre pas qui n'est plus au goût du jour, la suppression de la cigarette - ou de la pipe, les photos retouchées en couverture de magazines pour paraître plus "belles"... voire les vidéos modifiées)

Ces techniques ne doivent pas être considérées comme des choses "mauvaises" ou "négatives". Ce sont des instruments qui appartiennent à leur domaine respectif comme... le moteur et les roues font partie de la voiture... ;)
L'important est de les reconnaître et, surtout, essayer d'évaluer dans quelle mesure ces mécanismes permettent, soit la manipulation "plutôt négative" (c'est à dire qui éloigne de la "réalité") soit la manipulation "plutôt positive", à savoir qui tente à l'inverse de rapprocher de ce qu'on peut considérer comme la "réalité".

Exemple:
Manipulation "plutôt négative": Tous les hommes sont des voleurs. Trucmuche est un homme, donc Trucmuche est un voleur.
Manipulation "plutôt positive": Laisse-moi te raconter l'histoire de Trucmuche qui, un jour qu'il avait faim, a volé.
La "réalité" (ou du moins ce que JE pense être la "réalité"...) : Un être humain ne peut être simplement réduit à une catégorie. Trucmuche peut parfois voler, parfois il achète simplement, selon les circonstances...


I Techniques verbales

Les techniques qui suivent sont des "perturbatrices de logique". Elles induisent une confusion volontaire dans la réflexion, afin de remplacer une logique/idée par une autre
Parler d'autre chose! (Glissement de cadre)
Une méthode très importante, c'est le "glissement de cadre" : pour parler d'une chose, parler d'une autre, ou l'évoquer de façon "décalée".
- Ce sont les histoires que l'on raconte aux enfants - et parfois aux plus "grands.";
- L'analogie, qui change explicitement de cadre;
- Le changement de niveau (passer du détail au global par exemple)....
- La reformulation...
Précisions et exemples... Des glissements de cadre peuvent aussi apparaître à des degrés divers dans plusieurs des techniques ci-dessous...
Contrôle des alternatives
On pense souvent le monde de façon binaire: il fait beau ou mauvais. Je suis heureux ou malheureux, etc. Dans son discours, le manipulateur propose une alternative (c'est ceci ou cela), et choisit avec précaution chacune des possibilités pour que celle qui l'intéresse soit valorisée, et l'autre "naturellement" nulle, stupide, dangereuse...
Précisions et exemples...
Causes et effets, associations d'idées
Par une association d'idées maitrisée, il faut faire en sorte que la "cible" arrive "naturellement" à penser ce que vous voulez qu'elle pense. Vous ne racontez pas d'histoires, vous ne mentez pas, vous ne jouez pas avec des idées binaires. Vous associez "simplement" des idées...
Précisions et exemples...
Le rapport
La persuasion passe mieux lorsqu'il se crée une certaine affinité entre vous et celui qui veut vous persuader. Il existe plusieurs techniques à cet effet dont l'introduction positive ("mes chers amis", "chers concitoyens"...) ou montrer du respect (sincère ou calculé), pour sa cible, ou encore parler le langage de l'auditeur (qui retrouve ainsi ses habitudes...), ou créer de l'espoir (Napoléon aurait dit que le chef est celui qui est capable de vendre de l'espoir)...
On peut aussi y inclure l'infantilisation (rapport de parent à enfant).
L'humour
Quelqu'un a dit "Une fois que vous riez, cela signifie que vous écoutez. Vous êtes en état d'entendre à peu près n'importe quoi." Attention: méfiez-vous lorsque la cible de cet humour est une personne ou un groupe social. Essayez de trouver un autre sujet de rigolade.
Notons que l'humour est aussi un excellent moyen de résister/déminer les manipulations. Ceci fera l'objet d'une page spéciale...
Les questions
...aident à faire apparaître l'objectif du manipulateur comme étant une idée de la "cible" elle-même: voulez-vous vous asseoir? Pouvez-vous me raconter votre enfance?, etc.
... Elles peuvent créer de la confusion si elles sont trop compliquées ou posées trop rapidement, produisant ainsi une certaine anxiété elle-même réductrice de la réflexion critique. Le manipulateur y réponds alors, réduisant cette anxiété tout en donnant à sa réponse une valeur non critiquée.
... Elles peuvent comporter des nouvelles idées ou suggestions: Pourquoi voulez-vous une nouvelle voiture? demande le vendeur à la personne qui vient à peine de s'adresser à lui et qui ne sait pas trop quoi choisir...
Un exemple caricatural: Remarquez comme, dans ses discours, N. Sarkozy pose (posait?) systématiquement des questions, auxquelles il apporte lui-même les réponses. C'est tellement plus simple que de se laisser déranger par les questions des autres...
Les informations manquantes
Cette technique concerne principalement les médias, mais on peut aussi la trouver dans nombre de discours. Le fait de ne pas évoquer un sujet peut faire croire qu'il n'existe pas ou n'a pas d'importance, évitant ainsi toute discussion...
Un journal d'information, en particulier télévisé, est limité par le temps disponible. Une sélection avisée des sujets proposés permet à tout les coups d'éviter les plus désagréables. Il n'y a plus de censeurs officiels, mais juste un choix, libre, des rédactions qui savent jusqu'où ne pas aller.
Cependant, face aux protestations (tout le monde ne dort pas devant sa télé) l'excuse ultime est le désintérêt prétendu du public pour des questions supposées "difficiles", comme par exemple des questions Politiques du type Evolution de la Démocratie ou Maitrise des marchés financiers.
Ce ne serait pas les rédactions qui censurent, mais le Public qui n'en voudrait pas. Belle excuse, pour des gens supposés INFORMER: quel intérêt, si c'est pour répéter des choses inutiles ou de peu d'intérêt? Evidemment, le procès d'un meurtrier, c'est plus spectaculaire qu'une réunion du FMI. Pourtant, la seconde aura certainement plus d'effets sur la vie de chacun...

En ce sens, l'expression de Gregg Hoffmann "Le journaliste n'a pas à dire au public ce qu'il a envie d'entendre mais ce qu'il a besoin de savoir" me parait particulièrement justifiée.
Comme exercices pratiques, voici un exemple de manipulation et un autre....
Les Absolus
Une "cible" vulnérable sera attirée par des absolus ("toujours...", "jamais...") qui proposent une finalité tout en détruisant toute possibilité de débat. Les termes "doivent" ou "ne doivent pas" impliquent également une sorte d'absolutisme.
La réduction à l'absurde
Prenez une idée quelconque et avec un peu d'imagination poussez-la à une extrême logique. Méthode très intéressante et quasi-imparable (on ne peut la démonter qu'en changeant de niveau dans la discussion) N'IMPORTE QUELLE IDEE subissant un tel traitement devient absurde et même dangereuse... Cette technique ressemble à celle qui suit. Elle est souvent utilisée par les auteurs de Science-Fiction.

Une variante de cette réduction à l'absurde: l'infantilisation. Utiliser pour s'adresser à des adultes, sur des sujets "adultes", des termes et des expressions que les (mauvais) parents emploient pour s'adresser aux enfants (termes imagés, répétitions, formules simplistes). Entendu un matin sur France Inter: "les petits libraires qui ont peur de se faire manger par les gros, gros, gros libraires." (et vous ne pouvez profiter du ton niaiseux - non-verbal - qui va avec) Notons en passant que l'expression n'est pas seulement "infantilisatrice", mais qu'elle montre aussi parfois un certain mépris pour les personnes concernées. Méfiez-vous lorsqu'on s'adresse à l'enfant qui roupille en vous. Un rien le fait se réveiller... (cf tactiques non verbales - l'autorité - plus loin).
Du général au particulier et réciproquement.
Si l'on vous donne un exemple, dites qu'il ne s'agit que d'un cas particulier. Si l'on vous propose une théorie ou une idée, dites qu'elle est trop générale. Ainsi, quoi que l'on vous oppose, vous aurez toujours raison, puisqu'en soi un exemple n'est rien d'autre qu'un cas particulier, et qu'une théorie ne peut être qu'une généralisation nécessairement excessive dans l'une ou l'autre de ses conséquences... imaginaires !

Choix des mots, des définitions, des catégories.
La définition d'un mot relève d'une convention. Nous partageons plus ou moins la signification d'un mot ou d'une expression. Cette signification nous est inculquée dès l'école. Le dictionnaire tente de donner un "sens", mais il n'est qu'une simplification. La définition d'un mot étant constituée d'autres mots, eux-même objet de conventions approximatives... Le manipulateur de foules va tenter de contrôler les définitions des mots, et les référents que nous pouvons leur associer. Un régime guerrier totalitaire, par exemple, s'arrange pour que la populace soit persuadée que "La guerre, c'est la paix". Nos démocraties de plus en plus... évoluées, remplacent "vidéosurveillance" par "vidéoprotection".

Cet usage de mots/catégories, qui sont censés définir un comportement, apparaît dans une expérience très instructive sur la manière dont nous sommes conditionné(e)s: il s'agit de l'expérience basée sur le "dispositif expérimental « géométrie/dessin »". Garçons et filles réagissent différemment à un même test, selon qu'il soit qualifié par le terme "géométrie" ou par "dessin". Cette technique rejoint le "non-verbal strict" (voir ci-dessous) dans lequel nous réagissons aux mots comme un chien à une sonnette...

Autre exemple qui implique un choix manipulateur, celui de La Banque Mondiale qui a mis en place un grandiose projet de ressources partagées sur le "développement" (tiers monde, pauvreté, etc.) via un site web. Les critiques (page en anglais) considèrent que cette initiative n'est qu'une manière de contrôler les débats autour du développement:
- Qui n'a pas Internet n'y aura pas accès.
- Qui ne parlera pas la (les?) langue(s) employée(s) n'aura pas non plus accès aux ressources.
- Pour ce qui nous concerne ici, ce seront les classifications utilisées pour "organiser" le "débat" qui permettront un autre niveau de contrôle: on ne trouvera pas de catégories (principaux sujets de discussion) du type "économie politique" ou "inégalité" ou "discrimination", mais uniquement des termes apparemment neutres du type "gouvernance" ou "développement humain", qui ont l'avantage de mieux noyer le poisson dans les eaux tiédasses du discours ramolli et ... manipulateur?



II Techniques verbales ET non-verbales


Les techniques suivantes peuvent incorporer, en plus de la perturbation logique par le langage, une part plus ou moins importante de non-verbal. Il s'agit du contexte qui entoure le discours, et qui peut faire grandement varier sa signification "ordinaire". Le rhétorique classique reconnaît d'ailleurs ce phénomène, via l'antiphrase par exemple qui consiste à faire comprendre par l'intonation le contraire de ce que l'on dit.
Ces aspects sont artificiellement séparés ici, on pourrait trouver des situations où ils se recoupent, comme l'autorité classique faisant usage de la répétition de la violence, ou de séduction... N'oublions pas que nous sommes dans un domaine très flou, où les catégories se recoupent.

La répétition.
La répétition tente d'imposer une idée, un comportement. C'est le principe de la publicité, à savoir les réflexes conditionnels de Pavlov que l'on tente d'imposer aux humains.
C'est la routine. Toujours faire la même chose. Il y a là probablement un lien avec cette caractéristique du système nerveux, qui consomme moins d'énergie lorsqu'il suit le même chemin neuronal (hypothèse). On peut aussi supposer que ces chemins de moindre résistance sont plus faciles à mettre en place chez les enfants, dont le manque d'expérience les empêchent d'évaluer de façon critique (= mettre en relation avec d'autres connaissances) les informations qu'on leur impose.
Mensonges et diversions
Parmi les techniques de manipulation, on doit citer les libertés que l'on peut prendre avec la 'vérité'. Il est souvent difficile, dans la vie réelle, de faire la part entre le vrai et le faux, souvent de par le fait que la 'réalité' ne saurait être ainsi strictement et absolument délimitée. Le manipulateur va exploiter cette relativité. Il peut aussi franchement mentir. La 'vérité' peut aussi être en soi utilisée comme instrument. Voyez les "lançeurs d'alerte": C'est par l'exposition de 'la vérité' qu'ils veulent faire changer les choses.
Cela concerne aussi notre vie de tous les jours: il arrive que l'on mente à ses proches. Et réciproquement.
Le mensonge n'est pas limlité au domaine du discours mais peut aussi s'employer de façon non-verbale. L'effacement des opposants sur les photos de la nomenklatura soviétique en faisait partie... ou dans la publicité, telle entreprise, qui fait 95% de son CA dans le nucléaire, et qui colle des éoliennes dans tous les coins...

Confusions et diversions: Pendant que vous regardez la lune qu'on vous montre du doigt, vous ne voyez pas l'autre main, qui vous fait les poches.
La tactique est classique dans notre vie de tous les jours, quand par exemple le gosse qui a fait une bétise tente de faire diversion en parlant d'autre chose. Elle est très utilisée en politique, ou la recherche d'un ennemi, la glorification d'une Histoire, d'une Nation permettent aux malins de détourner l'attention de leur main mise sur le(s) pouvoir(s). On la trouve aussi de nos jours dans l'exploitation d'informations partielles, parfois complètement fausses afin de protéger des intérêts économiques. Les manipulations afin de diminuer l'importance du réchauffement climatique, de détruire toute critique sur les OGM, les nanotechnologies, les drônes, le puçage des animaux, l'espionnage de l'Internet... Tous ces sujets sont soumis à des tentatives de manipulations par les parties concernées, entreprises et citoyen(ne)s. Il faut remarquer toutefois la différence de puissances financières entre elles, l'industrie disposant évidemment de beaucoup plus de moyens, au point qu'elle paye directement de nombreux chercheurs et cabinets de "relations publiques". Voir à ce propos Les marchands de doute de Naomi Oreskes et Erik M. Conway.
Confusion entretenue sur les pages web... (Hors site)
Quelques exemples d'illusions visuelles, de mensonges vidéo...
L'émotion / les termes émotionnels
L'émotion est un vaste terrain très utilisé par les manipulateurs. Il peut s'agir de tenter d'induire la production d'une émotion (psycho-physiologique) chez la cible ou, au contraire, de critiquer l'emploi de cette technique chez un opposant...
Pourquoi les (mauvais) journaux télé commencent-ils avec des faits divers très chargés en émotion ? Pour "accrocher" le client en générant chez lui cette décharge hormonale qui a tendance à court-circuiter "l'esprit critique" (placer ici les termes de neuro-physiologie qui conviennent! ;).
Exemple...
Quelques « Unes » sentimentales... [Hors site]
"La tête au carré" du 21/12/2012: Même pas peur....
L'autorité
L'autorité ajoute un aspect non-verbal souvent très efficace à la tentative de manipulation par le langage.Il s'agit généralement de placer (ou de renforcer) la "cible" dans une situation d'infériorité.
Voyons-en plusieurs aspects: la hiérarchie "classique", la Foi, la Raison, la violence, la séduction...
Le non-verbal "strict"
Les formes, images, évènements et objets font aussi partie de cet "environnement sémantique", dans la mesure ou nous leur associons des significations. Quelques précisions...
Les mathématiques ne sont pas en tant que tel un système verbal. les structures sont plus strictes ( et les données sont beaucoup plus précises...) mais leur emploi, hors de leur contexte, dans les médias, peut contribuer à manipuler.
III Etc.

Rhétorique et méthodes manipulatrices constituent une discipline toujours vivace... Il est de plus courant de mélanger plusieurs des techniques ci-dessus. Ajoutons une pincée de PNL, un poil de neuromarketing, et vous obtenez des manipulateurs potentiellement très efficaces...

contre lesquels un cerveau informé et éveillé ne sera jamais de trop!...

• Exemple intéressant, le cas Pasteur...

• Exemple, déjà évoqué plus haut : l'étude des discours du Président Sarkozy. Deux émissions de radio, indispensable pour qui veut avoir des éclaircissement très... éclairants ;) sur les techniques rhétoriques de Sarko. Ecoutables ici:
Première
Seconde.

Le blog du site...

Accueil  |   L'environnement sémantique?  |   Blog  |   A propos...  |   Haut de page
Ce travail est placé sous licence Creative Commons CC-BY-NC